imposition des dividendes : Le paradis fiscal du PEA

Classé dans : Non Classé | 0

L’investissement dans les actions est, à long terme, parmi les plus rentables. Les dividendes permettent d’augmenter la rentabilité des actions.Il y a plusieurs raisons pertinentes de s’intéresser aux dividendes des actions.

Cependant, comme tous les revenus, la fiscalité ampute la rentabilité nette.

Pourtant, il existe une enveloppe fiscale qui permet d’échapper à la fiscalité sur les plus-values et l’ imposition des dividendes.

Le plan d’épargne en action (PEA) est une enveloppe ayant des avantages fiscaux intéressants pour construire un capital ou une rente. Il en existe une version bancaire et une autre sous forme d’assurance.

Cependant, le PEA assurance ne permet pas d’investir directement dans actions mais dans des OPCVM. Pour la version assurance, il est donc nécessaire d’investir dans des fonds qui sélectionnent des actions distribuant des dividendes.

Le PEA-PME est le nouveau petit frère du PEA. C’est une enveloppe supplémentaire mais limitée aux PME. La lisibilité de la politique de dividendes de ces sociétés est souvent moins structurée et peu prévisible.

Revenons au PEA et sa fiscalité. Nous allons maintenant détailler la fiscalité du PEA.

Pour profiter à plein des avantages fiscaux du PEA, il est nécessaire d’attendre 8 ans après sa date d’ouverture. En effet, après cette période, tout retrait du plan ne sera pas soumis à l’imposition sur les revenus. Les prélèvements sociaux restent applicables comme sur la majorité des autres revenus.
Ainsi, il est possible de profiter d’un complément de revenus constitués des dividendes annuels versés par les actions détenus dans le cadre du PEA.
Il est aussi possible de transformer le capital du PEA en rente vagière uniquement soumis aux prélèvements sociaux après 8 ans.

A noter qu’il n’est plus possible de verser un nouveau montant sur le PEA après avoir effectué un premier retrait de liquidité.

Tant que les liquidités restent investis dans le plan, la fiscalité n’est pas appliquée tout comme les prélèvements sociaux.
Les dividendes perçus et versés à l’intérieur du PEA ne sont donc pas fiscalisés tant qu’on ne les retire pas.
C’est un avantage considérable dans le cadre des dividendes car on bénéficie à plein du levier des intérêts composés tout au long de la période d’investissement.

Entre 5 et 8 ans, les plus-values et les dividendes ne sont pas fiscalisés mais reste évidemment soumis aux prélèvements sociaux. Tout retrait pendant cette période entraîne la fermeture du PEA.

Jusqu’à 5 ans, les plus-values et les dividendes sont fiscalisés si on effectue un retrait. Je ne vous donnerait pas ici le détail de cette fiscalité car l’intérêt du PEA ne vaut que si on on investi sur 5 ans minimum. On peut évidemment retirer ses billes en cas de force majeure. Tout retrait pendant cette période entraîne également la clôture du plan.

Le PEA est un havre fiscal à la portée de chacun. Couplé à une stratégie efficace d’investissement dans des actions à dividendes, vous avez là une solution adéquate pour atteindre vos objectifs tels que des revenus complémentaires, se constituer un capital pour un projet, etc.

As tu un PEA ? Profites tu de cette imposition des dividendes? Qu’en penses tu ? Fais nous part de tes expériences et de ton opinion dans les commentaires.

Laisser un commentaire